Unai Emery

Unai Emery, l’erreur de casting

La double confrontation contre le Real Madrid devait servir de rédemption pour Unai Emery qui reste le technicien de la célèbre remontada. Malheureusement, encore une fois il est l’un des principaux responsables de l’élimination. Évidemment, ce n’est pas lui qui cours sur le terrain mais il y a eu de nombreux choix douteux. Je vous en avais déjà parlé ici il y a quelque temps. C’est un entraîneur que je respecte mais pour le bien du Paris Saint-Germain, et même pour le bien de sa carrière, il vaut mieux que les deux parties se séparent.

La Ligue Europa : son jardin

Unai Emery reste définitivement maudit par la Ligue des Champions. Dans sa carrière d’entraîneur, il n’a jamais dépassé les 1/8e de finale de la plus prestigieuse des compétitions pour les clubs. En Ligue Europa, cependant, c’est une toute autre histoire. Entre 2014 et 2016, il remporte trois fois successivement la C3 avec le FC Séville. C’est historique. Il a vu partir ses meilleurs joueurs comme Ivan Rakitić ou Carlos Bacca mais il a toujours su remonter un effectif qui peut devenir champion d’Europe. C’est certainement l’un des principaux problèmes d’Unai Emery. Avait-il le niveau Ligue des Champions ? Je ne pense pas. Mais nous verrons après qu’il a, selon moi, des circonstances atténuantes.

Unai Emery - Ligue Europa
Unai Emery, vainqueur de trois Ligue Europa en trois ans avec le FC Séville. Crédit : REUTERS

Son parcours en Liga espagnol est, également, bon. Le technicien basque a réussi à stabiliser le FC Valence dans les trois premiers lorsqu’il était à la tête de l’équipe. Même son de cloche en Andalousie, grâce à lui Séville termine deux fois deuxième et une fois septième mais comme on l’a vu il remporte en plus trois Ligue Europa.

Le Paris Saint-Germain, un club trop grand pour lui

Il arrive à l’été 2016 pour tourner la page après trois années de stagnation avec Laurent Blanc. Sur le papier, son arrivée est une très bonne idée : il sait gagner des compétitions européennes et a une solide expérience d’entraîneur derrière lui. Sauf qu’on se rend aujourd’hui compte qu’on n’entraîne pas le PSG comme on entraîne Séville ou Valence. En France, il n’a jamais réussi à installer durablement son 4231, certainement à cause des blessures à répétition du numéro 10 Javier Pastore. Il n’avait pas, non plus, le vécu pour faire des choix forts. Cette année il en a fait comme mettre Thiago Silva sur le banc lors du match à Santiago Bernabeu, mais c’est trop peu. Au Paris Saint-Germain, il faut un meneur d’hommes, quelqu’un de respecté. À l’image de Zinédine Zidane qui n’hésite pas à sortir Cristiano Ronaldo ou à mettre sur le banc Gareth Bale. Il y a des choix incompréhensibles dont j’ai déjà parlé dans un précédent article. Je ne comprends toujours pas les entrées de Grigorz Krychowiak et de Serge Aurier le 8 mars 2017 lors du 6-1 contre le FC Barcelone, sans parler du changement Edinson Cavani – Thomas Meunier au match aller contre le Real Madrid.

Mais, il faut également rendre à César ce qui est à César. C’est sous Unai Emery que le Paris Saint-Germain a étrillé deux des plus grands clubs du monde : 4-0 contre le FC Barcelone et 3-0 contre le FC Bayern Munich. Ces matchs-là m’ont fait rêver. La victoire 5 buts à 1 au Vélodrome contre le rival marseillais c’est encore une fois grâce à lui. Je ne peux citer tous les autres matchs où le club de la capitale à monter qui était le meilleur en France. Sauf que le problème il est encore là. Le PSG aspire à être le meilleur club d’Europe, pas seulement le meilleur club de France.

Responsable ? Oui. Le seul ? Non.

Peut-on réellement considérer Unai Emery comme l’unique responsable de tous les maux du PSG ? Bien évidemment que non. Il y a eu des problèmes avant lui, il y en aura après lui. Je vous invite à lire l’article de Paris United qui explique beaucoup mieux que moi les nombreux problèmes au sein de la direction parisienne. Donc je ne vais pas trop m’attarder sur un sujet que je ne connais que trop peu. Parlons plutôt du terrain. Oui, Unai Emery a fait des choix douteux lors de la remontada mais est ce que c’est à cause de lui que l’arbitrage est honteux ? Est-ce que c’est à cause de lui que les joueurs ne réussissent pas une passe dans les 10 dernières minutes ? Est-ce que c’est à cause de lui que le Paris Saint-Germain finit premier du groupe mais tombe en 1/8e de finale sur le double champion d’Europe en titre ? Est-ce que c’est à cause de lui que Javier Pastore, qu’il espérait placer en numéro 10, se blesse souvent ? J’en ai d’autres des interrogations, mais ça serait trop long à énoncer. Je voulais simplement vous dire que non, Unai Emery n’est pas le seul responsable des erreurs du PSG.

Nasser Al-Khelaïfi
Nasser Al-Khelaïfi, le président du club, doit également se remettre en question. Crédit : afp.com/Lionel BONAVENTURE

Le départ du technicien basque semble d’ores et déjà acté. Plusieurs noms devraient circuler et on en reparlera dans d’autres articles ensemble. Je souhaite à Unai Emery une très bonne continuation. Il reste un grand entraîneur et mérite le respect de la part des médias et des supporters.

Timothé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s